Rencontres, 2021, installation présentée au Musée d’art de Joliette

Pour plus de détails sur chaque oeuvre, cliquer sur l’image.


Au centre de la démarche de Chloé Desjardins se trouve un intérêt marqué pour l’histoire de l’art et des savoir-faire artistiques. En tant que sculptrice, elle est également sensible aux idées qui surgissent spontanément au moment de la manipulation directe de la matière. Les jeux de retournement, de miroir et de contraste imaginés par Desjardins font ressortir la valeur symbolique des matières comme la porcelaine, le bronze, le plâtre, la mousse de polystyrène ou le papier bulle. Devant ses œuvres, les visiteurs sont amenés à s’interroger sur les conventions du monde de l’art.

Les contraintes agissent souvent comme des moteurs à la démarche créatrice de l’artiste. Invitée à se pencher sur la collection du Musée d’art de Joliette, Desjardins a fait de la curiosité exprimée par des membres de l’équipe l’impulsion de sa réflexion artistique, déléguant en quelque sorte à d’autres la responsabilité du geste initial fondant son nouveau corpus d’œuvres. Conservatrices, registraire, responsable du service aux visiteurs, adjoint administratif, technicienne et responsable des communications ont ainsi sélectionné, puis décrit, un objet de la collection auquel l’artiste a répondu en réalisant douze créations envisagées comme des dialogues. Ce faisant, elle insiste pour faire de la collaboration un élément central de sa démarche créatrice. Ces nouvelles œuvres sont le fruit d’un exercice de transposition et de traduction ludique qui découle de son interprétation des descriptions, de son exploration de la matérialité et des formes des objets sélectionnés ainsi que de ses recherches sur les artistes qui en sont à l’origine. Plus encore, c’est son désir de rendre visible l’envers de la collection, en particulier le contexte d’entreposage des œuvres en réserve, qui témoigne du soin constant dont elles sont l’objet, qui a informé le projet. Ce qui explique, par exemple, son utilisation de matières tel le non-tissé de polyéthylène (Tyvek), qui sert en conservation préventive, ou de formes rappelant les caisses de transport et les supports en creux appelés aussi incrustations.

Fruit du hasard, l’éventail d’objets sortis des réserves grâce aux participants propose un portrait de l’histoire de la constitution de la collection du Musée. Amorcée à des fins d’enseignement par les Clercs de Saint-Viateur à la fin du 19e siècle, la collection, qui regroupe spécimens d’histoire naturelle, objets archéologiques, pièces du patrimoine religieux et œuvres d’art historiques et contemporaines, s’est progressivement concentrée sur les arts visuels sous l’impulsion du père Wilfrid Corbeil, c.s.v., fondateur du Musée d’art du Séminaire, qui deviendra le MAJ en 1967. Cette exposition est l’occasion de revisiter ce passé au moment où le Musée est engagé dans un processus de normalisation de ses collections afin de faire de la place à son futur développement. Elle met de l’avant la complexité associée au maintien d’une collection qui exige des efforts constants tant pour sa conservation physique que pour garantir sa pertinence du point de vue de la recherche.

Commissaire : Anne-Marie St-Jean Aubre


Le 15 juin 2020, à 13 h 27, Chloé Desjardins a envoyé ces directives à Anne-Marie St-Jean Aubre, conservatrice de l’art contemporain, pour l’équipe du Musée d’art de Joliette.


Directives pour la description d’un objet choisi de la collection.

Je vous invite à choisir un objet de la collection du Musée se trouvant actuellement dans les réserves. Ça peut être n’importe quel item : objet, sculpture, tableau ou dessin. Le ou les critères qui guideront votre choix sont à votre discrétion.

J’aimerais ensuite que vous décriviez cet objet dans un texte d’environ 500 mots. Le texte doit commencer par « L’objet que j’ai choisi… ». J’aimerais retrouver dans ce texte le plus de détails possible, mais en gardant en tête que c’est une description qui reflète votre point de vue personnel. Vous pouvez faire une description contextuelle : titre, auteur, année, provenance, année et contexte d’acquisition, etc. (si ces informations sont accessibles). Vous pouvez également faire une description de l’apparence générale de l’objet : à quoi ressemble cet objet? Quelle est sa forme? Quel est son médium ou bien son usage? Enfin, vous pouvez faire une description de ses caractéristiques physiques : dimensions, matériaux, couleurs, texture, poids (lourd ou léger), etc.

Vous pouvez terminer votre texte en m’indiquant les raisons pour lesquelles vous
avez choisi cet objet : rattaché à un souvenir, attirance/répulsion, représente quelque chose, etc.

N’oubliez pas d’inscrire votre nom et votre lien avec le Musée.

Merci!


Le Musée s’expose/Le Devoir/Nicolas Mavrikakis


Crédits photos: Maxime Brouillet et Paul Litherland