<<

>

Vase (1977.017), 2020, Caisse de transport en bois, plâtre, 58 x 59 x 52 cm

Cette œuvre représente une caisse de transport en bois. À l’intérieur se trouve le moulage en plâtre d’une incrustation dans la mousse de polystyrène. Afin de minimiser les mouvements durant le transport, les caisses sont généralement munies d’un rembourrage en mousse qui absorbe les chocs. La forme en creux épouse les contours de l’artéfact original et évoque sa confection en argile. On peut percevoir sur la surface du plâtre les traces de façonnage laissées par Desjardins. L’œuvre veut mettre en valeur la matérialité et le savoir-faire rattachés à cet objet, mais soulève aussi des questions éthiques quant au processus, maintenant décrié, qui a mené à l’acquisition de biens culturels envoyés dans des collections étrangères à la suite de fouilles archéologiques.


Le 19 octobre 2020, à 10 h 17, Ariane Cardinal, conservatrice à l’éducation, a envoyé à Chloé Desjardins une description de l’objet 1977.017.


L’objet que j’ai choisi me rappelle l’époque où j’étudiais pour devenir archéologue et rêvais de découvrir des trésors. C’est un vase de terre cuite émaillée fabriqué par la civilisation précolombienne Nazca du Pérou.

Il est composé de deux cônes inversés.

Sur la partie supérieure, l’artiste a peint des personnages portant de petits chapeaux de type fez surmontés de plumes. Notez que le style pictural ne respecte pas les règles de la perspective et des dimensions. De gros traits noirs forment le contour des différents éléments. Les visages des personnages sont soit beiges ou gris, mais leurs bras et leurs jambes sont bruns. Vêtus de capes blanches à pois bruns, de pagnes beiges et de chandails blancs à franges, ils tiennent dans leur main gauche un gourdin et dans la droite une lance décorée de plumes blanches. De petits dessins circulaires qui représentent des armes de jet appelés bolas flottent autour des personnages.

Ces éléments nous permettent d’inférer que les personnages sont des guerriers. Leur positionnement – c’est-à-dire qu’ils sont placés de profil, un peu comme des figures hiéroglyphiques égyptiennes –, mais également leur habillement très élaboré, nous suggèrent une datation d’environ 500 après J.-C.

Là où les deux cônes inversés se rejoignent, on retrouve une bande d’épais traits noirs verticaux. Ces traits sont peints à partir de la jonction des cônes et descendent sur le cône inférieur.

Sur la partie inférieure du vase, on retrouve une dizaine de petites têtes beiges à cheveux noirs et à gros sourcils. La matière a été ajoutée pour former les nez de ces personnages. Ces derniers ont parfois des peintures de guerre sous les yeux et sur le nez. Ils esquissent tous un demi-sourire.

Le vase mesure 11,5 cm de hauteur et 12,2 cm de diamètre. Sa conservation est bonne quoiqu’on retrouve des traces d’usure générale de la partie picturale, particulièrement près de la base et du dessous.

La magnifique collection archéologique du Musée dort un peu dans les réserves. Ce serait super que le projet de Chloé fasse revive une des pièces de celle-ci!

Artiste inconnu, Vase, 5e siècle, Terre cuite émaillée, 11,5 x 12,2 x 12,2 cm

Collection du Musée d’art de Joliette. Don anonyme. 1977.017

˄