<<

>

Évêque (1979.115), 2020, Armoire métallique, plâtre, miroir, projection lumineuse, 102,5 x 50,5 x 46 cm

Il y a un écart entre la modestie et l’anonymat de la petite sculpture d’un évêque dont cette œuvre s’inspire et la posture dynamique de ce dernier, représenté en pleine action. L’œuvre de Desjardins montre une chaire d’église à la fois illuminée en plongée et en partie dissimulée dans une armoire antique. La composition de cette scène reprend les codes symboliques du catholicisme en faisant référence à la lumière divine tout en soulignant, par sa quasi-occultation, la relation complexe que la culture québécoise entretient avec la religion.


Le 6 octobre 2020, à 17 h 22, Nathalie Galego, conservatrice adjointe des collections, a envoyé à Chloé Desjardins une description de l’objet 1979.115.


L’objet que j’ai choisi est une petite sculpture en bois polychrome qui représente un évêque anonyme. Ce dernier est représenté dans ses attributs de fonction sur un socle qui fait penser à un escalier. Cet évêque est vêtu d’une aube blanche, tunique longue blanche allant jusqu’aux pieds, serrée à la taille par un cordon, surmontée d’un long mantelet bleu et d’une mitre de la même couleur. L’homme est représenté debout dans un léger déhanchement, les vêtements virevoltant au vent, et tient dans sa main droite une crosse de fonction. Sa posture laisse croire qu’il a été immortalisé alors qu’il était en pleine envolée oratoire, tentant de convaincre par la rhétorique les fidèles croyants catholiques, prêchant la parole de Dieu avec hardiesse.

Cette sculpture a toujours attiré mon attention depuis que je l’ai découverte dans le cadre du déménagement des collections du MAJ en 2013. Elle est entreposée sur une tablette dans les rangements mobiles du Musée avec une autre petite sculpture représentant une dame faisant la lecture à un enfant. Par sa petitesse et son anonymat, elle fait partie des nombreuses œuvres « orphelines » des collections du MAJ. En effet, on ne connaît rien sur cette œuvre, hormis qu’elle a été exposée dans l’exposition permanente Parcours d’une collection présentée de 1992 à 2008. On ne connaît ni l’artiste, ni sa datation. Le dossier de cette œuvre est pratiquement vide, comme c’est le cas de nombreux objets entreposés dans les réserves du MAJ. Pourtant, cet évêque qui m’est sympathique mériterait, je crois, un peu d’attention documentaire.

Artiste inconnu, Évêque, 18e siècle, Bois polychrome, 27,3 x 16 x 12,5 cm

Collection du Musée d’art de Joliette. Don de l’Honorable Serge Joyal, c.p., o.c. 1979.115

˄