<<

>

Sainte Agathe (1975.350), 2020, Armoire métallique, plâtre, 146 x 49 x 70 cm

La sculpture à laquelle cette œuvre répond a été malmenée par le passage du temps. Sa couche picturale est abîmée et elle semble incomplète. La position de sa main gauche suggère qu’elle tenait à l’origine la palme des martyrs normalement associés à sainte Agathe. L’endos de l’œuvre n’a pas été sculpté, laissant croire qu’elle a été conçue pour n’être contemplée que frontalement. À l’origine, elle devait probablement être présentée dans une niche d’église. Humblement, Chloé Desjardins tente de lui redonner un contexte à sa hauteur.


Le 3 septembre 2020, à 7 h 29, Gérard Brisson, alors agent administratif, a envoyé à Chloé Desjardins une description de l’objet 1975.350.


L’objet que j’ai choisi est une sculpture d’un artiste inconnu qui a vécu en Europe au XVIIIe siècle. Conçue pour être présentée dans une niche, seule la moitié avant a été sculptée et peinte. L’œuvre représente Agathe de Catania, une jeune martyre qui a souffert la mort au 3e siècle apr. J.-C. pour avoir refusé les avances sexuelles du consul de Sicile. Il s’agit d’un bois polychrome dont la couche picturale est fort endommagée
et dont la structure montre plusieurs altérations : nœuds apparents, nombreuses fissures, cassures du bois.

La jeune femme tient dans sa main droite un petit plateau sur pied sur lequel sont déposées deux boules identiques couronnées chacune d’un court pédoncule — on dirait deux gros « whippets », mais de couleur chair. Les boules occupent vraiment toute la surface du plateau, au point presque d’en déborder. La jeune femme a un visage ovale, plutôt joufflu avec de grands yeux bleus en amande, surmontés de sourcils assez fournis (à la Maripier Morin), un nez droit, épaté, une petite bouche et un menu menton saillant. Sa tête est posée sur un cou nu et gracieux et ses cheveux sont coiffés. On les imagine relevés en chignon sur la nuque. Ses mains, cependant, sont loin d’être féminines. Elles sont massives et robustes avec de gros doigts presque cylindriques. Le bras gauche pend le long du corps et sa main fait encore le geste de tenir entre le pouce et l’index la palme des martyrs, bien que celle-ci soit absente. Son corps est légèrement déhanché et son poids porte sur sa jambe droite. La jambe gauche est légèrement fléchie et le pied, quelque peu en retrait par rapport à l’autre, pointe vers la gauche.

Faisant partie de la noblesse, la jeune femme est vêtue comme l’exige son rang social. Elle porte une longue tunique bourgogne, à laquelle se superpose une seconde tunique, plus courte, vert printemps. Pour compléter le costume, une palla bleue, doublée à l’intérieur d’un tissu rouge est savamment drapée autour de son corps. Un liseré doré orne les rebords de la palla ainsi que l’ourlet de la courte tunique. Seul le bout de ses chaussures noires paraît sous la tunique longue.

Si la jeune femme montre un visage impassible, ses vêtements, par contre, sont beaucoup plus expressifs et dynamisent l’œuvre. La palla qui, à partir de la nuque, serpente sensuellement autour du cou et du corps, les plis dans les vêtements, les taches rouges que fait apparaître la doublure, mais aussi le positionnement des bras et du plateau, créent une zone de convergence qui attire notre attention sur la poitrine sans relief de la vierge. Et c’est là le point crucial de l’œuvre : sainte Agathe a eu les seins arrachés avec des tenailles et ce sont ceux-ci qu’elle exhibe avec ostentation sur le plateau qu’elle tient de la main droite. La palme des martyrs et ses seins présentés sur un plateau sont ses attributs et ils l’identifient auprès des gens qui viennent l’implorer ou lui rendre hommage.

J’ai choisi cette œuvre, car elle me rappelle l’époque où j’étais guide au Musée. Cette sculpture suscitait beaucoup de réactions et de questions de la part des visiteurs intrigués par le contenu du plateau et ce que représentait ce personnage.

Artiste inconnu, Sainte Agathe, Bois polychrome, 97,5 x 37 x 23 cm

Collection du Musée d’art de Joliette. Don de M. Jean Palardy. 975.350

˄