Contre-Motif, exposition de fin d’études au CDEx


Le corpus présenté ici consiste en une série d’objets présentés sur des socles et sous des vitrines de feuilles d’acrylique. J’y explore la nature complexe et indéfinie de l’œuvre grâce à des objets difficilement identifiables, dont le sens et la fonction sont insaisissables. Mes moulages et mes dispositifs de présentation incarnent l’idée de l’impénétrabilité de l’œuvre : des boites qui ne s’ouvrent pas, des emballages solides et opaques, des vitrines qui empêchent de toucher, un socle trop haut qui empêche de voir. Les éléments de cet ensemble font appel à un double système de référence au monde de l’art et au monde des objets. Les pièces se définissent à la fois par rapport aux conventions artistiques et à un vocabulaire formel et métaphorique bâti à partir d’objets ordinaires et de matériaux de manutention. On y retrouve des objets exposés à la manière d’artéfacts, d’objets d’art ou même de statues, mais qui représentent en réalité des choses que je trouve autour de moi et dans mon atelier. 

Dans ce travail, une grande attention est accordée à la façon de présenter et de disposer les pièces. Socles et vitrines sont privilégiés afin de jouer des contrastes entre le banal et le précieux, le sens littéral et l’aspect énigmatique et d’amplifier une impossibilité d’avoir directement accès à l’œuvre. Les objets sont mis en valeur par ces arrangements, mais leur lecture s’en trouve brouillée. Les diverses transformations matérielles dues au moulage et le déplacement occasionné par le positionnement d’objets incongrus dans un contexte de galerie ne permettent pas de se faire une idée précise de ce qui est donné à voir.


Crédits photos: Guy L’Heureux